La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

UNCROSS YOUR LEGS, PLEASE!
Jeunes créateurs et coulisses de la mode, par Donald Potard
mode | 30.09.2010 - 23 h 42 | 4 COMMENTAIRES
ELEGANCES

Étiquettes : , , , , , , ,

 Reprenons le fil de notre conversation.    

Or ça, ce jeudi 30 septembre eut lieu rue de Valois la remise du prix de l’ANDAM* au créateur turc Hakaan Yildrim.    

Apres les polémiques que l’on connaît, dont celle déclenchée par la lettre (toujours) anonyme critiquant le choix de ce styliste, le Ministre de la Culture se serait bien passé de cette obligation de réception. Son discours, fort bien écrit, effleurait la surface des choses et rien ne fut dit qui pût choquer. En revanche, le désir très perceptible de tourner la page de cette triste édition fut fort bien compris de l’assistance.    

Puis, Pierre Bergé -Président de l’Andam – qu’on a connu plus enthousiaste, glosa sur ce Paris qui attire les artistes du monde entier. Décalé, lorsque l’on pense que le prix est remis à un créateur basé à Londres, et qui compte y rester. Là encore profil bas et élégance du non-dit.    

Hakaan Yildrim, chignon en bataille, fit un discours en turc que personne n’écouta mais qu’on applaudit chaudement.    

Hakaan Yildrim DR

Le plus intéressant, en revanche, fut l’absence de personnalités de premier plan.    

En premier lieu, celle, élégante, de Didier Grumbach, président de la fédération de la couture. Bien entendu, n’ayant pas don d’ubiquité, il se devait d’assister au défilé Nina Ricci qui se déroulait au même moment. Cependant, aucun autre membre de la fédération n’étant présent, il n’est pas impossible de penser qu’il rendait ainsi à Hakaan Yildrim la monnaie de sa pièce, eut égard à son mépris des coutumes du calendrier. Pensez donc que ce créateur qui s’était vu attribuer par la fédération un horaire tout à fait acceptable, l’avait refusé et préféré se mettre en « Off », à l’horaire qui lui convenait le mieux, se plaquant sur celui de la jeune maison Peachoo + Krejberg. Plus mal élevé, c’est difficile, surtout quand on vient de recevoir 220 000 € de la France pour défiler à Paris. Lire à ce sujet l’article de Jean Paul Cauvin  dans Prestigium.    

Plus surprenante, l’absence de la Présidente du jury, Carine Roitfeld, rédactrice en chef du Vogue ou de membre de son équipe. Pourtant, on avait été assez content de voir le Vogue France défendre la jeune création après la volée de bois vert reçue de la part d’Anna Wintour. Essayait-elle d’échapper à la polémique que certains lui reprochent d’avoir déclenchée en choisissant un créateur basé à Londres, dont c’était le premier défilé (lors que le règlement en prévoit deux), et dont le petit ami et associé est un photographe attitré de Vogue? Redoutait-elle les critiques telles celle de L’Express style de cette semaine qui ne trouve de bien au créateur que le choix de ses (très chers) mannequins? Pas du tout, l’absence de la rédactrice en chef était due à la préparation de son bal costumé qui avait lieu plus tard dans la soirée. Les masques tombent…    

Mais le plus grand absent de la réception fut finalement le champagne. Discours finis, rush sur le buffet où les bulles pétillent. Portées aux lèvres, grimace des invités.    

– « C’est du Crémant » annonce fièrement le maitre d’hôtel, signifiant au Tout Paris, plus habitué des grands crus que de la méthode champenoise, que le ministère suit les consignes d’économies ordonnées par le Chef de l’Etat.    

– « C’est la Loose ! » répond Cédric, grand promoteur du Dom Pérignon devant l’Univers.    

Demain, je lui demanderai s’il parlait seulement du champagne…    

     

ANDAM* Association Nationale pour le Développement des Arts de la Mode.    

S’abonner à ce blog?        

http://donaldpotard.yagg.com/sinscrire-aux-posts-de-ce-blog/

Publicité